jeudi 12 juillet 2007

Ces jours sans mexicains à Orange County


Depuis cinq jours, les médias latinos multiplient les « breaking news », rivalisant d’inventivité pour trouver des angles originaux sur un gros conflit social. La grève des transports du comté d’Orange, au Sud de Los Angeles, affecte surtout les latinos, qui comptent pour les deux-tiers des passagers selon un éditorial de La Opinión. Ici, il n’y a guère que les touristes et les gens pauvres qui prennent le bus. Ceux qui empruntent ces lignes gagnent moins de 20.000 $ par an, et la plupart n’ont ni voiture, ni permis de conduire.

Les reportages montrent la galère des travailleurs qui craignent de perdre leur boulot faute de pouvoir s'y rendre et les magasins fermés faute de personnel. En voyant ces images, je repense au film Un jour sans mexicain, de Sergio Arau, qui met en scène le désaroi d'américains complètement paumés après la disparition soudaine des travailleurs latinos.

2 commentaires:

Emmanuelle a dit…

C'est très dommage en effet que les services publics comme les transports en commun soient perçus comme étant réservés aux très pauvres. A L.A., par exemple, le métro est pas mal du tout. Certes, il mène de nulle part à nulle part, et il faut souvent aller à la station en voiture, se garer, puis attendre souvent 10 minutes pour une rame. Perso, je prends le métro uniquement pour éviter d'affronter les embouteillages de Downtown ou de Hollywood. Mais la classe moyenne n'y songe jamais: combien de gens à Los Angeles ignorent qu'il existe un métro? Combien ne l'ont jamais pris?

PS: quid de ta collègue Salinas? Va-t'elle revenir un jour à la chaine?

Matthieu a dit…

Hey, merci Emanuelle d'inaugurer mon blog avec cette premier commentaire.

Quand à la señora Salinas, elle n'est pas réaparue à l'écran depuis mon arrivée. L'heure est à l'enquête interne, comme le disent les communiqués plutôt fermes de la direction... Hay, probrezita !